• Attention, cette chronique littéraire concerne le deuxième tome d'une saga, il peut contenir des spoilers sur le premier tome, retrouvez mon avis sur Le livre sans nom :) 

    L’œil de la Lune

     

     

    Quelques années après la série de meurtres sanglants à Santa Mondega, la petite bourgade a retrouvé un semblant de calme. Mais c'est sans compter le retour du Bourbon Kid, le tueur en série, qui revient dans la ville à l'approche d'Halloween pour une terrible vengeance. Mais cette-fois, le Bourbon a du soucis à se faire, la moitié de la ville est à ses trousses pour le tuer: vampires, loups-garous, flics pourris, même une momie revenue d'entre les morts. Bref, comme d'habitude, rien n'est normal à Santa Mondega, sauf peut-être le barman Sanchez. Celui-ci, toujours au mauvais endroit au mauvais moment, sera peut-être le seul allié du tueur en série au sein de la ville. 

    L’œil de la Lune

    L’œil de la Lune

     

     

    Des meurtres, des vampires, des loups-garous, un tueur en série qu'on finie par apprécier... malgré le souvenir peu élogieux que j'avais du Livre sans nom, j'ai eu envie de me replonger dans la ville de Santa Mondega avec ses personnages peu communs. Sans grandes attentes concernant cette lecture, j'ai entamé le livre, et surprise! J'ai adoré! Que ce soit l'histoire, le style de l'auteur, les personnages, je l'ai sans hésitation, préféré à son prédécesseur! 

    Un des points que j'avais à reprocher au Livre sans nom, était l'intrigue qui imbriquait plusieurs histoires différentes et qui était un peu compliquée à suivre par moments. Ici, nous avons le fond de l'intrigue: le Bourbon Kid revient et cherche à se venger, il est lui-même la cible de plusieurs personnes qui veulent toutes le tuer pour diverses raisons. Autour de cette histoire, nous retrouvons Dante et sa copine qui revienne à Santa et qui sera entraîné malgré lui dans une mission des plus dangereuse: infiltrer un groupe de vampires sans se faire prendre pour retrouver le Bourbon Kid. 

    L'histoire de Dante va être celle, qui a mon sens, prend le plus de place dans le roman, mais on suivra également le Bourbon, un groupe de policiers véreux, une mystérieuse momie du musée municipal de la vie qui reprend vie, sans oublier Sanchez le barman. J'ai beaucoup aimé ces différentes intrigues, aucune ne m'a ennuyé et à aucun moment je ne me suis perdue dans telle ou telle intrigue. Le livre se lit très vite, beaucoup plus que le précédent, il n'y a pas de temps mort et la fin nous laisse présager une suite qui promet une suite encore mieux!

    Je me souviens d'une chose qui m'a surprise dans le Livre sans nom: le nombre conséquent de personnages! Il y en avait beaucoup, mais la plupart d'entre eux sont morts à la fin, du coup je me demandais avec quels personnages l'auteur continuerai son histoire. Certes, il y a moins de personnages dans ce deuxième tome, mais j'ai préféré cela. Cela nous permet de nous attarder plus longuement sur chacun d'eux, l'auteur développe davantage leurs caractéristiques et leurs pensées et cela nous permet également de nous y attacher (enfin pas pour tous hein). Personnellement, j'ai adoré le Bourbon Kid, je trouve que c'est le personnage le plus développé du roman, en nous faisant voir sa psychologie, l'auteur nous permet au personnage d'être attachant malgré le fait qu'il soit tueur en série. J'ai également bien aimé Dante, qui ne m'avait pas plu plus que ça, au point où j'ai eu à plusieurs moments peur pour lui (surtout que je sais que l'auteur n'hésite pas à tuer ses personnages, les secondaires autant que les principaux). 

    Encore une fois, j'ai été bluffé par le style de l'auteur, il est génial! Il est toujours autant adapté au livre et à son histoire: un humour déjanté, des scènes d'actions prenantes, des meurtres sanglant détaillés juste assez pour nous faire frissonner, un peu de suspens. Mais cela, toujours sans prise de tête et avec légèreté. On passe donc un bon moment de lecture, la ville de Santa Mondega nous paraît réelle et nous donnerait presque envie d'y faire un tour (presque hein!). Finalement, le côté surnaturel du bouquin qui m'avait dérangé dans le premier tome, avec la présence des vampires et des loups-garous, m'a pour le coup bien plu. J'ai trouvé que le surnaturel servait à l'histoire et était mieux amené que dans le Livre sans nom. Et peut-être que le fait que je sois préparée à avoir cela, m'a aidé ;) 

    Depuis la fin de ma lecture, je n'ai qu'une envie: filer à la bibliothèque pour emprunter la suite et me replonger dans cette ville paumée! 

     

    L’œil de la Lune

     

     

       << Quand on avait la chance de tuer quelqu'un, il fallait toujours la saisir. Sans quoi, ce quelqu'un pouvait toujours revenir vous sucer le sang. Tuer d'abord, se poser des questions ensuite.  >>

     

      << Ce fut particulièrement douloureux. Rien à voir avec la banale torture du dentiste. A moins que votre dentiste ne vous refuse toute anesthésie, ne foute le feu à vos cheveux et à votre cul, et ne vous balance quelques coups de pieds dans l'entrejambe avant de vous arracher les dents.  >>


    votre commentaire
  • Pas un mot

     

     

    Pour le juge Scott Sampson tout se déroule parfaitement dans sa vie, sa carrière se passe bien, il a une magnifique femme qu'il aime comme au premier jour, et deux adorables jumeaux de 6 ans, Sam et Emma. Comme tous les mercredi, Scott s'apprête à aller chercher ses enfants à l'école pour les emmener à la piscine, lorsqu'il reçoit un message de sa femme qui lui apprends qu'elle ira récupérer les jumeaux Sam et Emma. Mais le soir en rentrant chez lui, il apprend avec horreur que sa femme n'a jamais envoyé de texto et qu'elle n'a encore moins récupéré les enfants. Alors où sont-ils et qui est allé les chercher à l'école? Tant de questions se bousculent jusqu'à ce que Scott et Alison reçoivent un message des personnes qui ont vraisemblablement enlevé leurs enfants. Scott comprends vite que pour sauver Sam et Emma, il va devoir suivre les directives des ravisseurs à la lettre jusqu'à mettre en péril sa carrière, mais attention, les ravisseurs sont clairs: Pas un mot, sinon c'est les petits qui en subiront les conséquences... 

    Pas un mot

    Pas un mot

     

     

    Un grand merci aux éditions Mazarine qui, dans le cadre de la Masse Critique de Babelio, m'a permis de lire ce livre. Je ne connaissais pas Bad Parks, et pourtant après cette première lecture de l'auteur, il est seulement moi un très bon auteur de thriller que j'ai bien envie de continuer de découvrir. J'ai passé un excellent moment pendant cette lecture. 

    Dès le premier chapitre, on rentre dans le vif du sujet, c'est-à-dire qu'il n'y a pas de nombreux chapitres blablas qui présentent les personnages ou le contexte, non, on aborde directement le sujet du kidnapping et c'est au fur et à mesure de la lecture qu'on en apprend plus sur le contexte. Et cela fait tellement plaisir, on ne perd pas de temps inutile et très vite on est en plein dans l'intrigue. On découvre donc un père de famille, juge de profession qui apprend avec horreur que ses deux enfants chéris ont été enlevés. Tout de suite, on se pose pleins de questions: qui a enlevé les jumeaux, comment ils ont fait pour réussir l'enlèvement, pourquoi ils ont enlevé les enfants, et surtout qu'est-ce qu'ils attendent en retour? Pour le juge Scott, c'est clair, ça a un rapport avec une des affaires qu'il doit juger, mais laquelle? Il en traite énormément, et il n'a pas le temps de regarder avec détails chaque affaire. Mais les ravisseurs vont très vite lui faire comprendre ce qu'ils attendent, et ils tiennent absolument à ce que le juge fasse ce qu'on lui demande en gardant le silence. Tout en continuant d'essayer de vivre normalement aux yeux des gens qui l'entourent, Scott va, tout seul, tenter de percer les mystères de l'enlèvement. Mais les ennuis ne s'arrêtent pas là, il commence à avoir des ennuis à son travail, il commence à douter de tout le monde y compris de sa femme, mais pour lui, une seule chose compte: sauver ses enfants. 

    Voilà donc une histoire qui mêle intrigue policière, problèmes familiaux et l'envers du décor des procès aux Etats-Unis et j'ai trouvé cela super bien. De plus, j'ai aimé le fait que l'intrigue policière soit centrée sur les victimes de la situation et que finalement, il n'y a pas de policiers dans l'histoire. J'ai également aimé que le narrateur soit Scott donc un homme, ça m'a permis de voir à quel point la situation est dur pour lui. En effet, généralement, on est souvent témoin de la peine et de la douleur d'une mère lors d'enlèvement d'enfants et la douleur du père est parfois oublié. Ici, on peut vraiment ressentir la douleur de Scott et finalement on se dit, que dans ce genre de situation, il n'y a pas que la mère qui souffre. Alors même si c'est difficile de se reconnaître en Scott, puisque c'est un homme, je l'ai trouvé très attachant et il m'a beaucoup ému. Concernant l'affaire en jeu en tribunal pendant le roman, je n'ai pas forcément trouvé que c'était la plus intéressante, elle ne m'a pas forcément plu et à mon point de vue, j'ai pas trouvé l'importance d'une telle affaire au point de commanditer un enlèvement.

    Le roman tient énormément en haleine et se lit très vite, on est happé dedans et on a hâte d'arriver à la fin pour avoir le fin mot de l'histoire et savoir qui a commandité le kidnapping et surtout pourquoi. L'auteur joue avec nos nerfs et nous envoie sur des pistes qui ne sont pas toujours vraies, on se fait nos théories et finalement elles tombent à l'eau. J'ai été très surprise par la fin du roman qui m'a beaucoup ému, je l'ai trouvé à la fois triste et belle et elle change des fins habituelles de ce genre de romans. Ca pourrait déranger certains lecteurs, mais pour ma part, je l'ai trouvé originale et bien amenée par l'auteur.

     Pour finir, j'ai donc passé un très bon moment en compagnie de ce thriller qui se lit très très vite et qui tient en suspens le lecteur. J'ai adoré me faire mener en bateau par l'auteur et le personnage de Scott m'a beaucoup touché. Le style de l'auteur m'a plu, c'est efficace et cela permet une lecture rythmée et sans ennuis. Petit bémol pour l'affaire traitée au tribunal qui prend une grande place dans le l'histoire et qui ne m'a pas plus intéressée que ça.

     

    Friend Zone

     

     

     

    << Regarder ses enfants dormir est vraiment une joie pour un père. Et si je passai un moment à savourer sa sérénité, c'était dans le but d'en absorber un peu soi-même. >>

    << Je suis certain qu'il n'y a pas de mots pour décrire ce que ressent un père à qui l'on inflige le spectacle des sévices subis par son enfant sans pouvoir y mettre fin. >>

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique