• Ne te fie à personne

     

     

    Le capitaine Jobert est appelé sur les lieux d’un crime, mais un crime pas comme les autres, en effet le meurtrier est près de la scène de crime et c’est à elle d’aller l’appréhender. Pourquoi elle et pas un autre policier ? Tout simplement parce que le meurtrier est une goule, et que Jobert, encore appelée Diane fait partie de La Brigade des goules. La Brigade qui s’occupe de ces personnes se transformant en tueurs qu’il faut surveiller et cadrer. Pour l’instant la Brigade s’en sort bien, mais très vite des personnes vont être retrouvées mortes, des personnes qui sont des goules. A croire que quelqu’un a une dent contre ces personnes et veut faire justice lui-même. Pour Diane et la Brigade l’enquête commence, mais une enquête pas officielle, dans l’ombre de la police criminelle.

    Ne te fie à personne

    Ne te fie à personne

     

     

    Merci aux éditions Casterman et à Livraddict pour l’envoie de ce roman. N’ayant pas lu le premier tome, j’ai eu peur  de me retrouver perdue dans celui-ci, mais finalement les histoires semblent être distinctes et les deux livres peuvent être lus indépendamment. En effet, les personnages et les événements sont à nouveau présentés en début de roman.  

    On se retrouve avec une histoire qui n’a rien d’ordinaire, on suit une brigade particulière puisqu’elle s’occupe de créatures appelées « Goules » qui va enquêter discrètement sur les meurtres de ces goules. Mais qu’est-ce qu’une goule vous allez me dire, il s’agit d’être humain comme vous et moi, ayant contracté un virus qui, à certaines périodes, se transforment en créatures qui vont tuer. Si les goules découvertes sont prises en charge par la brigade et par un hôpital particulier « le zoo », il arrive que des nouvelles commettent des crimes atroces. Les goules sont donc souvent méprisées par les autres. Lorsque les meurtres commencent, la Brigade va essayer de trouver le coupable mais ils ne peuvent pas compter sur l’aide de la police criminelle qui va essayer de leur mettre des bâtons dans les roues.

    Voilà une intrigue déjà bien originale et intéressante, mais elle n’est pas la seule dans le livre. Parallèlement on va suivre les deux filles du commandant de la Brigade, quelques mois plus tôt, elles ont perdu leur mère, et depuis leur père et absent et ne s’occupe que peu d’elles. On suit également la petite romance d’une des filles du commandant, Fleur, mais également celle de deux protagonistes de la Brigade. Ces romances ne m’ont pas forcément plu, je ne voyais pas vraiment l’intérêt qu’elles pouvaient avoir, surtout la deuxième que j’ai cité.

    J’ai bien aimé le rythme de ce roman, les chapitres sont très courts et permettent une lecture rapide et agréable. De plus il y a de nombreuses révélations surprenantes et la fin avec la découverte du coupable n’est pas forcément ce à quoi on pensait au début. J’ai bien aimé le style de l’histoire, c’est un policier avec une pointe d’humour et quelques moments plus noirs. La présence du surnaturel est, à mon avis, si bien traité que cela à presque l’air d’être naturelle, comme si on pouvait effectivement rencontrer des goules dans la rue.

    Les personnages sont attachants pour la plupart d’entre eux, en tout cas la Brigade elle-même est attachante, ils se soutiennent tous les uns avec les autres. Le commandant Markowicz et ses filles ont l’air d’avoir vécu des choses terribles qui les ont traumatisées, il leur faut du temps pour s’en sortir et redevenir un semblant de famille. La fille cadette Adélaïde m’a paru un peu étrange mais c’est celle qui m’a le plus émue, elle a l’air très fragile et sait que les autres la prennent pour une folle, à commencer par sa grande sœur, Fleur. Cette dernière parait triste en début de roman, mais très vite une seule chose va compter pour elle : son amoureux et surtout la manière dont son père réagirait si il apprenait qu’elle voyait un garçon. Jobert ou « Diane » est une ancienne flic qui a débarqué à la Brigade un peu par dépit, on découvre à travers le livre, qu’elle n’a pas eu une enfance facile et, certaines révélations vont lui en apprendre plus sur les personnes de son entourage. Consencieuse dans son travail, elle n’accepte pas de laisser des goules mourir, même si parfois elle est éprouve de la haine envers ces créatures. En ce qui concerne les autres personnages de la Brigade, je trouve qu’on ne les connait que trop peu, ils sont un peu mis en retrait par rapport aux autres, même s’ils ont chacun leur particularité, je pense surtout à la bizzarerie de Jimy.

    Pour conclure, je dirais que j’ai beaucoup apprécié cette histoire particulière menée par cette Brigade particulière. Les personnages sont attachants et l’intrigue intéressante. Le livre se lit super vite et les révélations sont nombreuses. J’ai beaucoup aimé, même si je pense que j’aurai encore plus aimé en ayant lu le premier tome.


    votre commentaire
  • Winter People

     

     

    En 1908, Sara perd sa fille de manière inattendue et brutale, pour elle c’est le monde qui s’écroule, sa vie ne tournait qu’autour de sa petite Gertie. Au bord du désespoir Sara va s’accrocher à une vieille conversation qu’elle avait eue dans son enfance avec « Tantine ». Cette dernière lui avait révélé le secret pour ramener les morts pendant sept jours.

    De nos jours, Ruthie une jeune femme de 19 ans rentre chez elle en pleine nuit après avoir fait le mur et découvre que sa mère a disparu. Sa mère n’est pourtant pas quelqu’un qui s’éloigne de leur propriété sauf pour le jour du marché, elle vie un peu comme une hermite et ne fais rien comme tout le monde. Pour Ruthie, la disparition de sa mère est clairement anormale, elle va donc essayer de découvrir les secrets de sa mère, tout en rassurant sa petite sœur de 6 ans.

    Winter People

    Winter People

     

     

    Tout d’abord, je voudrais remercier les éditions LeLivredePoche ainsi que Babelio pour l’envoi de ce roman à l’occasion d’une masse critique. Cela m’a permis de découvrir une petite merveille, qui selon moi, devrais être connu par plus de gens.  

    Dès les premières pages, on rentre tout de suite dans le vif du sujet, Sara a perdu un être cher et cette perte l’a énormément chamboulé au point que son mari envisage l’hospitalisation. Sara et son mari Martin vont tâcher de nous expliquer comment leur petite Gertie est morte, dans quelles circonstances. Il y a pleins de zones d’ombres sur la mort de la petite fille et tout de suite, pleins de questions se posent. En parallèle, on suit la jeune Ruthie et sa petite sœur à la recherche de leur mère, là encore beaucoup de questions sont sans réponses et plusieurs secrets vont être déterrés. On suit également Katherine qui suite à la mort de son mari dans un accident de voiture, cherche à reconstruire les derniers jours de la vie de ce dernier.

    Une des grandes interrogations qui subsistent pendant quasi tout la totalité du livre c’est qu’est-ce qui relie toutes ses histoires ? Qu’est-ce qu’à en commun l’histoire de Sara avec celle de Ruthie, et que vient faire celle de Katherine ? Qu’est-ce que la Main du Diable a à voir avec cela ?

    Bref, beaucoup de questions, et des réponses distillées au fur et à mesure du roman jusqu’aux révélations finales qui nous laissent sans voix. Ce roman est donc très prenant avec une intrigue intéressante et originale. Mais surtout il peut nous mettre la chair de poule à certains moments. L’ambiance est plutôt glauque, tout se déroule presque dans un huis clos, que ce soit en 1908 ou de nos jours. Les nombreux mystères qui tournent autour de cet endroit nous fait un peu peur et on préférerait presque éviter de déterrer certains secrets. Il y a une part de surnaturel dans ce livre, mais très bien mené par l’auteur qui n’en a pas fait trop, cela ne m’a pas dérangé au contraire. Je préfère ne pas en dire trop sur l’intrigue, je pense qu’il est préférable de se plonger dans le livre sans trop en savoir afin de laisser toute la place aux découvertes et aux surprises.

    Lorsque je lis un livre, une des choses les plus importantes pour moi c’est la narration, j’aime qu’elle soit originale, suivre différents personnages et c’est exactement ce qui m’a plu dans la narration de Winter People. On alterne les passages au passé avec des chapitres du point de vue de Sara et d’autres du point de vue de son mari Martin, avec les passages au présent avec là encore des chapitres du point de vue de Ruthie et d’autres de celui de Katherine. J’aime beaucoup ce genre de narration qui permet d’avoir la version des faits de différents personnages. L’alternance passé/présent est maitrisée puisque les passages au passé s’interrompent sur des interrogations pour nous laisser en suspens.

    J’ai beaucoup aimé chacun des personnages. Tout d’abord concernant ceux de 1908 : Sara est une mère en souffrance qui vient de perdre sa raison de vivre, si certains peuvent la prendre pour folle, elle m’a énormément émue. Martin quant à lui vit cette perte différemment, il est dévasté mais veut comprendre, il est surtout très inquiet au sujet de sa femme et va préférer taire certaines choses mystérieuses qui planent autour de la mort de sa fille. Sa culpabilité et son immense amour pour Sara le rendent attachant. Concernant les personnages du présent : j’ai adoré Ruthie et sa sœur Fawn, inquiètes par la disparition de leur mère, elles vont se serrer les coudes pour essayer de la retrouver. Le fait de se retrouver seule avec sa petite sœur rend Ruthie plus mature et lui fait comprendre certaines choses qu’elle ne comprenait pas. Enfin, le personnage de Katherine ne m’a pas touché plus que ça, c’était le personnage un peu en arrière-plan qui n’apportait pas grand-chose à l’histoire.

    En conclusion, j’ai plus qu’adoré ce roman, ça aurait même pu être un coup de cœur, mais malheureusement, il m’a manqué ce petit quelque chose qui aurait fait que je sois encore plus effrayée pendant la lecture. Cela n’enlève rien au superbe travail de l’auteur qui a créé une ambiance noire et des personnages torturés et attachants, rendant son roman comparable à un thriller. L’histoire est originale et très intrigante, beaucoup de questions resteront sans réponses jusqu’à la toute fin du livre. Un seul conseil, lisez ce livre sans attendre !

     

    Winter People

     

     

    << Il pensent que quelque chose de maléfique rôde dans les bois qui bordent la ville. Il y a ces histoires de gens disparus, de lumières étranges, de pleurs entendus dans la forêt, de silhouette blanche qui erre au milieu des arbres. Un jour, quand j'étais petit, j'ai cru voir un visage qui m'épiait entre deux rochers, mais quand je me suis approché, il n'y avait plus rien.  >>

     


    votre commentaire