• Je peux très bien me passer de toi

    A Paris, Chloé est une jeune femme de 28 ans, toujours amoureuse de son ex et qui pour essayer de l'oublier, enchaîne les coups d'un soir. A l'inverse, son amie Constance est une romantique, éternelle célibataire, elle rêve de sortir du No Sex Land, mais pas facile de retrouver confiance pour en sortir quand ça fait un moment qu'on y est.

    Chloé et Constance passe alors un pacte. Chloé va devoir s'exiler pendant six mois en pleine campagne. Elle a interdiction de toucher un homme, elle va devoir oublier son ex mais aussi réaliser son rêve: écrire un roman. Constance quant à elle, devra coucher le premier soir avec un inconnu. Elle va devoir retrouver confiance en elle afin de sortir du No Sex Land.

    Tandis que Constance prend des cours de séduction, va s'entraîner dans des bars et une fois passé la timidité, se révèle être une femme fatale. Chloé elle, profite de son séjour pour aller voir Mamie Rose en maison de retraite. Elle fera également la connaissance avec Vincent, un vignoble charmant, mais Chloé ne doit pas oublier le pacte qu'elle a fait avec Constance, en plus Vincent a tendance à lui taper sur le système.

    Chronique n°48 - Je peux très bien me passer de toi

    J'ai adoré cette lecture! C'est une petite comédie légère, fraîche, agréable, qui nous fait passer un très bon moment. C'est un livre parfait pour l'été, lorsqu'on ne veut pas se prendre la tête.

    L'histoire s'ouvre sur le quotidien de deux jeunes femmes, amies sans être super proches, elles se sont rencontrées au club de lecture. Chloé et l'opposée de Constance, pourtant elles s'entendent très bien. Chloé couche régulièrement avec son ex qui est fiancé, mais elle n'y peut rien elle n'arrive pas à l'oublier. Constance, elle seule, et n'arrive pas à séduire, il lui manque la confiance en elle. C'est un soir de déprime où chacune aimerait être à la place de l'autre, qu'elles font ce pacte. C'est à partir de ce pacte que l'histoire devient réellement intéressante. A tour de rôle, Constance et Chloé nous raconte leurs péripéties, leurs avancements dans ce qu'elles ont entrepris. 

    Ce n'est pas l'intrigue la plus originale mais c'est très agréable à suivre, c'est léger et même parfois amusant. Ici, il n'y a pas de rebondissements, je dirais même que c'est un peu plat, mais c'est plaisant. Le pacte entraîne les filles vers des situations qu'elles n'auraient jamais vécu et il nous arrive parfois de rire d'elles. La fin est très prévisible, je l'avais deviné très très tôt, mais c'est pas grave car j'ai aimé la façon dont l'auteure nous a amené sa fin.

    J'ai beaucoup aimé le style du livre. C'est écris à la première personne. Un chapitre c'est Constance qui a la parole, un autre c'est Chloé et ainsi de suite. J'ai vraiment eu l'impression que c'est une amie qui me racontait sa vie. Le style est très simple, comme si on nous parlait à l'oral. Cela permet de se perdre dans le livre et d'être entièrement dedans.

    Chloé et Constance sont deux filles très attachantes! Le fait qu'elles soient si différentes mais néanmoins amies m'a beaucoup plu, cela montre que même en étant différente d'une personne, on peut très bien s'entendre avec elle. Chaque fille qui lit se livre pourra se retrouver soit en Constance, soit en Chloé. Personnellement je me suis beaucoup plus retrouvée dans le personnage de Constance, elle manque de confiance en elle, elle n'est jamais sûre d'elle, et quand elle doit prendre des décisions importantes (comme pour son travail), elle hésite. C'est une fille très gentille, tout comme Chloé, qui a aucun moment ne se moque de Constance, elle ne se montre pas supérieure à elle.

     

    Au final, Je peux très bien me passer de toi, et une petite comédie romantique, fort sympathique à lire, on passe un agréable moment. C'est léger et facile à lire. Les personnages sont toutes les deux géniales, c'est d'ailleurs ce que j'ai préféré dans le livre, ainsi que le fait que les narratrices soient Constance et Chloé elles-mêmes. Je conseille à ceux qui cherchent une lecture sans prise de tête, rapide et facile à lire où on ne doit pas se creuser les méninges pour savoir ce qu'il se passera à la fin.

     

     

    <<  Grave erreur souvent commise par la gent féminine à qui on enseigne bêtement depuis des siècles et des siècles qu'il faut se faire désirer. C'est tout le contraire: il ne faut surtout pas se faire désirer. L'homme du vingt-et-unième siècle est un être prosaïque et impatient à l'égo hypersensible. Si on lui met un râteau, il se vexe et passe à la suivante.  >>

     

    << Tu vois, moi, je veux ça. Je veux que la vraie vie soit comme dans les romans. Je ne veux pas d'un couple au rabais, où on est d'accord pour se tromper de temps en temps, parce qu'on ne s'aime pas assez, je ne veux pas être un choix par défaut, ni un choix raisonnable, je veux être tout, pour toujours, je veux ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants jusqu'à la fin des temps. Et tant pis pour les cyniques, les désabusés et les rabat-joies. >>

     

     

    Cette lecture rentre dans le challenge Loufoque et Aléatoire

     Pour cette sixième session, les contraintes étaient:

    • lire un roman bitlit                                                        
    • lire un roman chicklit                                                                                                       
    • jeune auteur: l'auteur avait moins de trente ans quand il/elle vais écris son roman          

     

    « La fille du trainChronique n°49 - Grey »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :