• La Déclaration: L'histoire d'Anna

     

     

    Les scientifiques ont trouvé une pilule miracle permettant la Longévité, les gens ne vieillissent plus et donc ne meurent plus. Dans les années 2100, il est devenu primordial de préserver les peu de ressources qui restent sur la Terre, la procréation est donc interdite afin de ne pas gaspiller les ressources avec de nouveaux êtres. La seule façon d'avoir un enfant est de renoncer à la Longévité, d'accepter de mourir pour donner la vie. Cette règle est fixée par la Déclaration

    Anna, jeune adolescente écrit dans son journal intime, mais elle doit se cacher pour cela, car Anna n'a pas le droit d'écrire. Globalement, Anna n'a pas le droit de vivre du tout. En effet, la jeune fille est une Surplus, Surplus Anna, ses parents sont des criminels qui ont enfreint la Déclaration et à cause de cela, ils sont en prison et Anna vit à Grange Hall, un pensionnat accueillant tous les Surplus. Les Surplus sont tous les enfants qui ne devraient pas vivre et dans ce pensionnat, on leur fait bien comprendre qu'ils sont de trop sur la planète. Anna a comme ambition de devenir la meilleure Surplus et de rester "à sa place", jusqu'au jour où arrive Peter, un mystérieux garçon qui semble en savoir beaucoup sur la jeune fille et ses origines. 

     

    La Déclaration: L'histoire d'Anna

    La Déclaration: L'histoire d'Anna

     

     

     

    Je remercie les éditions Hélium qui m'ont permis de lire ce roman dans le cadre de la dernière Masse Critique de Babelio. Il s'agit du premier tome d'une trilogie dystopique qui est déjà sortie intégralement il y a quelques années et qui est actuellement rééditée chez Hélium. Je n'en avais pas entendu parlé auparavant, cette réédition me permet donc m'intéresser à cette dystopie. 

    Il s'agit donc d'une dystopie dans laquelle on se retrouve dans les années 2100, en Angleterre. La médecine a tellement progressé que dorénavant, les gens peuvent vivre éternellement grâce à une pilule de Longévité. Mais cette immortalité a un prix: la santé de la Terre. Les ressources s'amenuisent et pour préserver celles-ci, les Autorités ont instauré une Déclaration qui interdit les naissances. L'histoire est donc très intéressante et plutôt originale. Il est vrai que je n'ai pas lu beaucoup de dystopie, mais la plupart du temps elles se rapprochent de science-fiction, là on pourrait penser que cette histoire soit réel dans plusieurs centaines d'années. Bien qu'intéressant, ce thème fait beaucoup réfléchir et peut même être dérangeante et révoltante. Serions-nous prêt à renoncer à l'immortalité pour donner la vie? On est en droit de se poser la question mais également de se révolter face à ces règles. Pourquoi la Terre ne serait réservée qu'aux mêmes personnes? L'appellation de Surplus et la façon dont certains personnages considèrent les enfants "Surplus" est parfois violente et cela fait peur. Est-ce que ce serait la réaction que les gens auraient en vrai si jamais une pilule de ce type existait? 

    Dans ce contexte, on découvre l'histoire d'Anna, une Surplus vivant dans un foyer, la jeune fille a bien compris qu'elle n'a aucun droit à être sur Terre, elle souhaite devenir la meilleure Surplus possible pour racheter la faute de ses parents de l'avoir mis au monde. Suivre ce genre de pensées venant de la jeune fille peut être dérangeant et surtout nous la rend attachante. Comment peut-on penser cela de sa propre vie? Sa vie est bouleversée lorsque Peter arrive à Grange Hall, qui est-il est que veut-il? Anna va vite se rendre compte qu'elle a un rapport avec sa venue au pensionnat.

    Personnellement, j'ai trouvé que c'est à partir du moment où on comprend les intentions de Peter que l'histoire commence réellement. Avant cela, je trouve que l'histoire manquait de pep's et je n'arrivais pas à y rentrer complètement. J'aurai voulu que ce rythme intense présent à la fin du roman soit présent dès le début. En effet, malgré le peu de pages, j'ai trouvé la lecture assez longue. Je n'ai donc pas réussi à être transportée à 100% alors que l'histoire était vraiment prometteuse. 

    Ainsi, je ne sais pas encore si je lirais la suite de la trilogie. Tout d'abord, je trouve que le premier tome pourrait se suffire à lui-même, la fin clôturait parfaitement l'histoire d'Anna, on ne s'arrête pas sur un cliffhanger qui nous laisse en plein suspens. Néanmoins la curiosité me poussera peut-être à m'intéresser à la suite afin de savoir ce qui arrive après aux personnages. 

    Anna est une héroïne attachante, mais il est difficile de se mettre à sa place, en effet elle est persuadée d'être une intruse sur la planète et il est dur d'avoir ces mêmes pensées pour nous. Elle m'a parfois agacée par sa naïveté et le fait qu'elle mette du temps à faire confiance à Peter. Néanmoins, on ne peut s'empêcher d'éprouver de la compassion pour la jeune fille, elle a vécu une épreuve difficile étant petite et a grandi dans un pensionnat où on lui répétait sans cesse qu'elle ne devait pas être sur Terre. 

    J'ai beaucoup aimé le fait que la narration alterne le point de vue des personnages, et même si elle est à la troisième personne. Cela nous permet de rentrer d'avantage dans l'histoire et d'avoir l'impression de la vivre avec les personnages. L'écriture de l'auteure est plutôt plaisante, je regrette toutefois les nombreuses coquilles présentes alors qu'il s'agit d'une réédition. 

     

    La Déclaration: L'histoire d'Anna

     

     

     

       << Il n'y avait pas de meilleure tactique pour broyer un Surplus: lui faire croire que vous l'aimez, avant de trahir si totalement sa confiance qu'il ne pourrait plus jamais se fier à un être humain. >>

       << Personne n'a besoin de vivre toujours. Je pense qu'on ne devrait jamais imposer sa présence.>>

     

    votre commentaire
  • Piège conjugal

     

     

    Jake et Alice forment un couple heureux. Jake est psychologue et Alice ancienne chanteuse dans un groupe de rock est avocate. Tout deux s'aiment passionnément et vont le prouver lors de leur mariage. C'est à l'occasion de celui-ci que le couple va recevoir un cadeau plutôt original: l'occasion de rentrer dans le Pacte. Le Pacte se présente comme un club très fermé dont le but est de garder les couples membres heureux. Une fois signé, le Pacte oblige les époux à certaines règles, présentes dans un manuel, et comme toutes règles, en cas de manquement, il y a des sanctions. 

    Sur leur petit nuage de bonheur, Alice et Jake ne se posent pas beaucoup de questions et signent ce Pacte. A eux les soirées mondaines et l'espoir d'un mariage sans fin. Mais très vite, un des deux va manquer à certaines règles et les deux amoureux vont pas tarder à comprendre qu'il ne vaut mieux pas jouer avec le Pacte. Quant à le quitter, ce n'est même pas la peine de le penser. 

    Piège conjugal

    Piège conjugal

     

     

    Un grand merci à Babelio et aux éditions Presses de la Cité pour m'avoir permis de lire ce roman et de passer un excellent moment. Il n'y a pas à dire, les thrillers psychologiques font vraiment partis de mes lectures favorites! 

    On commence ce roman par découvrir Jake et Alice, on apprend à les connaître séparément dans leur passé et dans leur présent mais on apprend également à connaître leur couple. C'est vrai qu'au début on aurait presque l'impression d'être dans une romance. Mais doucement, à mesure qu'approche le Pacte, l'intrigue psychologique se met en place. J'ai adoré l'intrigue que j'ai trouvé très intéressante, mais surtout super prenante. La tension monte petit à petit et lors qu’arrive les premiers manquements aux règles du Pacte, l'angoisse et le suspens se font ressentir. On comprend très vite que le Pacte se rapproche d'une secte et cela donne au roman une atmosphère particulière et psychologique, peut-on faire confiance à des personnes qui semblent si gentilles et attentionnées? 

    Le roman se lit extrêmement vite et les presque 500 pages défilent à grande vitesse. On a hâte de savoir comment cela se termine, est-ce que Jake et Alice vont s'en sortir? Leur mariage va-t-il durer? Le Pacte va-t-il les rapprocher, ou au contraire les séparer? Toutes ces questions se bousculent dans nos têtes et il n'y a qu'une solution pour avoir les réponses: arriver à la fin. La fin nous laisse d'ailleurs en plein suspens, c'est une bonne fin, qui reste cohérente avec tout le roman, mais personnellement, par curiosité, j'aurai aimé en savoir plus. 

    Les personnages de Jake et Alice sont très attachants et on s'attache également très vite au couple qu'ils forment. Les personnages ne sont pas édulcorés et on voit bien leurs défauts. Jake est le narrateur de l'histoire, il assume de ne pas être un mari parfait et de faire parfois des erreurs. J'ai bien aimé que le narrateur soit Jake, d'être dans ses pensées, cependant j'aurai adoré avoir une alternance de narration entre Jake et Alice. En effet, ça aurait pu être intéressant d'avoir la version d'Alice sur ce qu'il se passe, qu'est-ce qu'elle en pense vraiment? Il est vrai que lorsque Jake doute, nous avons du mal à nous mettre à la place d'Alice et de ce fait on prend plus facilement le parti de Jake et on doute avec lui. Cependant, dans tout le roman, on sent un profond amour entre ces deux personnages et c'est cela qui les rends si attachants, on ne leur veut pas de mal et on ne souhaite qu'une chose: que leur mariage continu.

    L'écriture de l'auteure est très prenante, elle donne envie de continuer à lire encore et encore jusqu'à la fin, et cela devient très dur de mettre le livre en pause. Je n'ai pas ressenti de longueurs durant ma lecture, juste peut-être le début, le temps que tout se mette en place, mais une fois que le Pacte entre en jeu, l'intrigue part et ne s'arrête qu'à la dernière page. 

     

    Pour conclure, voilà un thriller psychologique qui pourra ravir les fans du genre, triturant les nerfs de ses personnages auxquels on s'attache, l'auteure nous permet également de nous poser des questions importantes: à qui peut-on faire confiance? Est-ce qu'on se laisserait emporter dans ce genre de "club" aussi facilement que les deux époux? 

     

    Piège conjugal

     

     

       << Le Pacte avait le charme vénéneux de ce qui est à la fois attirant et effrayant. Un bruit dans le garage en pleine nuit, les avances de quelqu'un dont on devrait se tenir à distance, comme une lumière mystérieuse que l'on suit jusqu'au plus sombre de la forêt, sans savoir où elle conduit ni quel danger se tapit dans l'ombre. Nous étions tous les deux fascinés, sourds à la raison. Le Pacte exerçait sur nous une attirance inexplicable à laquelle nous ne pouvions ou ne voulions pas résister. >>




    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique