• La promesse à Elise

     

     

    Dans la fin des années 50, la jeune Adèle, 19 ans, fait son entrée dans l'enseignement en tant qu'institutrice, c'est son rêve qui se réalise enfin. Elle apprend qu'elle aura dans sa classe, une jeune élève muette, Elise, que personne n'a jamais entendu parler. Adèle va se prendre d'affection pour sa jeune élève, bien décidée à l'aider, elle sent que la petite fille ne va pas bien et qu'elle cache un lourd secret. Adèle va donc se donner comme mission de découvrir ce que cache Elise et c'est ainsi qu'à travers les "mots" de la petite fille et de sa mère, Adèle découvrira des secrets de famille qui traverseront les années 40 et 50. 

    La promesse à Elise

    La promesse à Elise

     

     

    Un grand merci à Babelio et aux éditions Presse de la Cité qui m'ont fait découvrir ce livre et par la même occasion cet auteur que je connaissais pas, et qui pourtant écrit des romans comme j'aime en lire. La Promesse à Elise m'a surpris, tout m'a plu durant cette lecture, de l'histoire au style de l'auteur, en passant par les personnages et le cadre. 

    Le livre débute par nous présenter Adèle, jeune institutrice qui découvre son nouveau métier dans les années 50. On découvre avec elle son nouveau village, ses nouveaux collègues, sa classe et ses élèves. Et on fait la connaissance avec la petite Elise en même temps qu'elle. Elise cache quelque chose de grave et de traumatisant, on le sent et Adèle se lance comme objectif de découvrir le secret d'Elise. L'histoire peut paraître très banale, mais l'originalité du livre passe par le fait que celui-ci est séparé en plusieurs grandes parties et que chacune d'entre elles est finalement une intrigue à elle seule. 

    Au cours du roman, on va découvrir les histoires d'Adèle, d'Elise et de sa maman en traversant les décennies et les événements historiques: des années 40 avec la Seconde guerre mondiale et la Résistance aux années 60 avec le mur de Berlin. C'est vraiment quelque chose que j'ai adoré dans ce livre, l'impression de lire plusieurs livres avec plusieurs histoire tout en sachant que tout est connecté et finira par une révélation finale qui lie le tout. La première partie est peut-être la moins importante dans le livre, même si j'ai adoré le contexte (Adèle qui débute dans le métier d'institutrice, étant nouvellement maîtresse, forcément ça me parle), pourtant c'est celle qui m'a paru la plus longue. J'ai personnellement adoré la partie qui concernait l'histoire de la mère d'Elise, j'ai toujours été passionnée par toutes les histoires qui concernent la Résistance pendant la guerre. L'histoire d'Elise m'a énormément émue et révoltée. 

    J'ai trouvé que grâce à sa jolie plume, l'auteur arrivait à nous transmettre beaucoup d'émotions, que ce soit de la peine, de la peur, de l'attachement... J'avais vraiment l'impression de vivre aux côtés des personnages. Le style d'écriture de l'auteur est exactement le style qui me plait: les secrets de famille, le passage dans différentes époques, des personnages plus qu'attachant... c'est tout ce qu'il me faut pour qu'une simple lecture devienne un coup de cœur. 

    J'ai adoré les personnages du roman, même si j'ai un peu déçue que la présence d'Adèle diminue de plus en plus, jusqu'à n'être plus qu'un personnage secondaire au début du livre. C'est d'ailleurs très surprenant, la façon dont l'importance et la place des personnages changent dans ce livre. Adèle est d'abord le personnage principal puis n'est presque plus présente, Elise devient ensuite le personnage principal pour laisser par la suite la place à sa mère. Une fois passée la surprise, cela n'est pas forcément dérangeant puisque les trois personnages sont aussi attachante les unes que les autres. Je me suis trouvée beaucoup de points communs avec Adèle, déjà le fait qu'elle soit enseignante, mais aussi son envie d'enseigner dans un village inconnue et sa volonté de porter ses élèves au meilleur d'eux mêmes. Même si son obsession pour Elise peut paraître un peu déplacé au début, moi j'ai tout de suite compris la jeune femme: en tant qu'enseignant, on s'attache à nos élèves et on ne peut pas supporter de voir que l'un d'entre eux est malheureux. Après, à sa place, je ne me serai peut-être pas permise tout ce qu'elle a fait. Néanmoins c'est une jeune femme attachante avec qui on a envie d'être amie, de se confier autour d'une tasse de café. La mère d'Elise peut paraître un peu froide au début, mais finalement, quand on comprend les souffrances qu'elle cache et tout ce qu'elle a vécu, on ne peut que la comprendre et compatir. Elise est sûrement celle qui m'a le plus émue et dont le passé est le plus dur, elle n'a pas commencé sa vie dans la joie et pourtant la petite fille ne s'apitoie jamais sur son sort. On la voit grandir jusqu'à devenir une jeune adolescente désireuse de percer les secrets de sa naissance. 

     

    En conclusion, j'ai plus qu'adoré La promesse à Elise qui est une lecture coup de cœur! Tout dans ce roman m'a plu et j'ai en prime découvert un auteur dont j'apprécie le style. J'ai d'ailleurs très envie de lire d'autres roman de Christian Laborie, en espérant être autant transportée que dans celui-ci.

     

    La promesse à Elise

     

    << On ne pourra plus éduquer demain comme aujourd'hui. L'instit' autoritaire, qui a toujours raison, et qui se permet même des sévices corporels sur ses élèves quand ceux-ci s'écartent du droit chemin, ce maître-là va bientôt disparaître. Et ce sera tant mieux! Nous devons placer nos élèves au centre de toutes nos préoccupations, adapter nos méthodes en fonction de leurs capacités à s'approprier notre enseignement. Sinon, tôt ou tard, nous ne serons plus maîtres dans nos classes. >>

    << Il est de notre devoir d'enseignant d'apporter toute notre aide aux enfants défavorisés. Socialement ou physiquement. Or une enfant muette un handicap majeur que nous ne devons pas écarter sous couvert de l'intérêt général.>> 


    2 commentaires
  • Les gens heureux lisent et boivent du café

     

     

     

    Un an après l'accident tragique qui a coûté la vie à son mari et à sa fille, Diane est au plus mal. Elle ne se remet pas de la perte de ses proches et passent ses journées entières à fumer dans son canapé, dans les vêtements de son mari et en portant le parfum de sa fille. Cette situation inquiète beaucoup Félix, son meilleur ami, qui essaye par tous les moyens de redonner le goût de la vie à Diane. En effet, depuis un an, la jeune femme a complètement laissé aux mains de son ami, son café littéraire qu'elle a ouvert des années plus tôt dans Paris. Afin d'échapper à Félix, de faire un break avec Paris mais surtout de rendre hommage à son mari Colin, Diane décide de tout quitter et de s'installer en Irlande dans un petit village paumé. Elle va loger dans un petit cottage en bord de plage où elle espère filer des jours tranquille et se remettre enfin de la mort de sa famille. Mais c'est sans compter ses gentils propriétaires qui vont se prendre d'amitiés pour la jeune femme, et surtout Edward, le voisin aussi agaçant que son chien est attachant, et qui va n'avoir de cesse que de pourrir la vie de Diane dans l'espoir de la voir partir. 

    Les gens heureux lisent et boivent du café

    Les gens heureux lisent et boivent du café

     

     

    Depuis la sortie de Les gens heureux lisent et boivent du café, j'ai entendu beaucoup de bien de ce livre et de son auteur, c'était donc par grande curiosité que j'ai décidé de l'emprunter à la bibliothèque (et aussi pour ne pas mourir bête et de risquer de passer autour de cette auteur dont tout le monde parle). Alors, verdict? Malgré une histoire clichée et prévisible à mille lieux, j'ai passé un moment agréable lors de cette lecture. Est-ce que ça vaut tous ces éloges et compliments qu'on a pu lire ici et là? A vous de le juger...

    Le livre débute sur un chapitre que j'ai trouvé très émouvant, celui de l'accident de la famille de Diane et de la reconstruction de celle-ci après le drame. En un chapitre j'ai eu les larmes aux yeux, et je me suis dit "Et ben dit donc, si c'est comme cela pendant tout le livre, ça va être une bonne lecture avec pleins d'émotions). Malheureusement, ce sentiment est vite retombée, même si l'histoire est émouvante à certains moments dans la suite, c'est plus attendrissant, voire mignon, que triste. C'est dommage car on nous promet des larmes avec ce premier chapitre, et finalement... non.

    L'histoire n'est pas très originale, une jeune femme qui part s'exiler dans un pays qu'elle ne connaît pas, dans mignon petit cottage au bord de la plage, c'est du déjà vu on est d'accord. Sans oublier le voisin agaçant qui, sans aucune raison, n'apprécie pas du tout sa nouvelle voisine. Celle-ci va donc essayer de lui rendre la pareil mais va très vite essayer de comprendre pourquoi il est comme ça. Et forcément, il va se passer des choses entre ces deux-là... je ne vous dis rien, je ne veux pas spoiler, mais je suis sûre que tout le monde se doute de ce qu'il se passera dans la suite. L'histoire est prévisible certes, mais j'ai été néanmoins plutôt surprise de la fin, qui je trouve est bien trouvée, et qui annonce, comme je l'ai appris récemment, une suite. Youpi, on pourra avoir le fin mot de l'histoire de Diane! 

    Parlons des personnages un petit peu, j'ai trouvé Diane attachante, c'est le personnage principal que l'on va suivre tout au long du roman. Forcément, on est triste avec elle, ce qu'elle vit n'est pas facile. Cependant, j'ai trouvé qu'elle oubliait un peu vite son mari et qu'elle changeait vite d'avis: au début elle est persuadée qu'elle ne pourra plus jamais vivre normalement, et finalement quelques semaines à peine après son arrivée en Irlande, elle pense à refaire sa vie, à faire la fête et à se saouler avec des inconnus. Est-ce qu'on parle de Edward le voisin ou de Félix le meilleur ami? Il n'y a pas plus cliché que ces deux-là! Allez je commence par Félix, le stéréotype même du meilleur ami gay, qui ne pense qu'à sortir et à faire la fête pour rencontrer des garçons, qui pense pouvoir faire changer de bord les hétéros etc. Et Edward, le voisin très méchant au début, qui forcément cache un passé compliqué, mais qui est quand même très mignon, donc on s'intéresse à lui et on se rend compte que c'est en fait un homme très gentil et attentionné. Il change d'un coup, sans transition, et ça sur le coup ça m'a un peu perturbé. 

    Un des points positifs de ce livre, c'est quand même le style de l'auteur, qui sans sortir du schéma habituel de ce genre de lecture, est très agréable à lire et arrive à transmettre des émotions. La lecture est donc rapide et on finit même pas passer un bon moment si on arrive à oublier tous les éléments que j'ai dit plus haut. En tout cas, merci à l'auteure de m'avoir mis en tête l'idée de partir en Irlande, j'ai maintenant très envie de découvrir ce pays et ces habitants qui ont l'air tous adorables! 

     

    Pour conclure, je peux comprendre tout le bruit qu'à fait ce livre à sa sortie, on peut dire que c'est un livre doudou qu'on a envie de lire quand on veut quelque chose de simple, qui ne prend pas la tête mais avec une jolie histoire toute mignonne. L'auteure n'invente rien de nouveau, elle reste sur la lancée de ce genre de livre et nous offre une histoire simpliste et prévisible, en réussissant malgré tout à nous faire passer un bon moment de lecture. Je lirais la suite si elle est à la bibliothèque, et pourquoi pas d'autres livres de cette auteure.

     

    Les gens heureux lisent et boivent du café

     

     

    << Un stage de chaleur humaine irlandaise devrait être obligatoire au programme scolaire. >>

    << Ils étaient partis en chahutant dans l'escalier. J'avais appris qu'ils faisaient encore les pitres dans la voiture, au moment où le camion les avait percutés. Je m'étais dit qu'ils étaient morts en riant. Je m'étais dit que j'aurais voulu être avec eux. >>

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires