• Mirror Mirror

     

     

    Red, Rose, Leo, Naomi, quatre lycéens qui n'ont à la base rien en commun et que rien ne présageait à devenir amis, mais il y a un peu plus d'un an, Mirror Mirror est entré dans leur vie. Mirror Mirror c'est leur groupe de musique, un groupe de rock qui n'était au début qu'un projet scolaire mais qui a fini par devenir le ciment d'une belle amitié. Mais Naomi disparaît brusquement, laissant ses amis effondrés. Lorsque la jeune fille est retrouvée et plongée dans le coma, Red et ses amis veulent en apprendre plus sur ce qui est arrivé à leur amie, ils ne croient pas à la version de la police qui pense à une tentative de suicide. Tout en vivant leur vie lycéenne, leurs problèmes de cœur, familiaux et amicaux, ils vont chercher à élucider le secret de leur amie en espérant que celle-ci finisse par se réveiller. 

    Mirror Mirror

    Mirror Mirror

    Je remercie tout d'abord Babelio et les éditions Hachette, de m'avoir envoyé Mirror Mirror. J'ai été contente d'avoir l'occasion de lire ce livre qui m'intriguait énormément. Bien sûr, qui ne connait pas Cara Delevingne de nos jours? Mais si habituellement, la belle fait parler d'elle pour ses défilés et ses films, c'est cette fois en tant qu'auteure qu'on la retrouve. A l'heure où beaucoup de célébrités décident de s'initier à l'écriture, je me suis moi aussi demandée, ce qu'elle valait en tant d'auteure. 

    Sans parler de Cara, le résumé du livre m'a beaucoup intriguait. Je suis finalement assez mitigée concernant l'histoire... L'intrigue n'a pas grand chose d'originale et est très très prévisible, on y suit quatre adolescents qui se cherchent, en contradiction avec leurs parents, en éternels insatisfait, en perpétuel rébellion,  il s'agit de la jeunesse Londonienne bien souvent décrit dans les romans aujourd'hui. Leur meilleure amie vient d'être retrouvée inconsciente après des semaines de disparitions et ils vont vouloir élucider eux-même ce qu'il s'est passé. Mais finalement, on se rend compte qu'il n'y vraiment que Red qui va s'impliquer dans l'élucidation de l'affaire, Rose et Leo, vont eux avoir d'autres chats à fouetter. 

    Le roman traite de thématiques intéressantes, comme l'homosexualité, la quête d'identité, l'amitié, l'amour, la famille... c'est une jolie histoire d'amitié avec une belle morale. Mais malheureusement, j'ai trouvé que le tout n'était traité qu'en surface, j'ai eu l'impression que l'auteure voulait en faire trop, quitte à parfois manquer de crédibilité. Il aurait été peut-être préférable de réduire le nombre de thématiques et de creuser d'avantage. 

    Il n'y a pas vraiment de surprise concernant le dénouement de l'intrigue, cependant j'ai été bluffé par un rebondissement auquel je ne m'y attendais absolument pas! J'ai trouvé que c'était un très bon coup joué par l'auteure d'avoir réussi à nous mener en bateau tout le long du roman sans finalement nous avoir menti, mais juste en évitant de nous révéler certaines choses grâce aux tournures de phrases choisies. 

    En parlant de tournure de phrases, le style de l'auteure reste très très simple, ce qui permet une lecture facile et plutôt rapide. Mirror Mirror est un livre écrit à deux, en effet Cara Delevingne a signé avec une co-auteure Rowan Coleman, et j'ai tendance à penser que si l'idée du roman vient de Cara, peut-être que c'est Rowan Coleman qui l'a écrit, mais on ne peut pas savoir. J'ai quand même remarqué quelques problèmes de cohérence dans le texte, ou alors c'est un problème de traduction, par exemple on parle de deux personnes et ils sont repris par le pronom "Il", ça m'a un peu gêné dans ma lecture car je l'ai vu à plusieurs reprises. 

    Je vais finir en parlant des personnages, que j'ai trouvé bien travaillés mais tellement clichés! C'est dommage! Red est le personnage qu'on suit le plus et qu'on connait le plus, on s'y attache donc beaucoup et même s'il est difficile de se reconnaître en Red, on ressent de la peine pour ce personnage qui a l'air très mal dans sa peau, qui a eu de nombreux soucis avec son apparence, qui a une mère alcoolique et un père absent et coureur de jupons. Leo et Rose ont eux aussi leurs propres soucis, j'ai pas forcément adhéré au personnage de Rose, mais je me suis beaucoup attaché à Leo, qui derrière son apparence sûr de lui et parfois sombre, est un jeune homme  adorable qui cache des peurs. 

     

    Au final, je n'ai pas passé un mauvais moment pendant ma lecture, mais je trouve que le livre a fait beaucoup de bruit, pour finalement pas grand chose. Il ne méritait pas forcément tout ce débatage médiatique dû à la célébrité de son auteure, et je pense qu'il y a d'autre romans qui aurait plus mérité d'avoir tant de pub. 

    Mirror Mirror

     

     

    << Le moindre atome de sa colère se déversait dans sa guitare, découpait l'air autour de lui en rubans rythmiques, et je lui ai emboîté le pas sans réfléchir, j'ai plongé et je l'ai rattrapé, j'ai entraîné Nai dans cette course folle.  >>

    << La normalité, voyez-vous, c'est simplement d'être ce que l'on aspire à être.>>

     

     


    votre commentaire
  • Attention, cette chronique littéraire concerne le deuxième tome d'une saga, il peut contenir des spoilers sur le premier tome, retrouvez mon avis sur Le livre sans nom :) 

    L’œil de la Lune

     

     

    Quelques années après la série de meurtres sanglants à Santa Mondega, la petite bourgade a retrouvé un semblant de calme. Mais c'est sans compter le retour du Bourbon Kid, le tueur en série, qui revient dans la ville à l'approche d'Halloween pour une terrible vengeance. Mais cette-fois, le Bourbon a du soucis à se faire, la moitié de la ville est à ses trousses pour le tuer: vampires, loups-garous, flics pourris, même une momie revenue d'entre les morts. Bref, comme d'habitude, rien n'est normal à Santa Mondega, sauf peut-être le barman Sanchez. Celui-ci, toujours au mauvais endroit au mauvais moment, sera peut-être le seul allié du tueur en série au sein de la ville. 

    L’œil de la Lune

    L’œil de la Lune

     

     

    Des meurtres, des vampires, des loups-garous, un tueur en série qu'on finie par apprécier... malgré le souvenir peu élogieux que j'avais du Livre sans nom, j'ai eu envie de me replonger dans la ville de Santa Mondega avec ses personnages peu communs. Sans grandes attentes concernant cette lecture, j'ai entamé le livre, et surprise! J'ai adoré! Que ce soit l'histoire, le style de l'auteur, les personnages, je l'ai sans hésitation, préféré à son prédécesseur! 

    Un des points que j'avais à reprocher au Livre sans nom, était l'intrigue qui imbriquait plusieurs histoires différentes et qui était un peu compliquée à suivre par moments. Ici, nous avons le fond de l'intrigue: le Bourbon Kid revient et cherche à se venger, il est lui-même la cible de plusieurs personnes qui veulent toutes le tuer pour diverses raisons. Autour de cette histoire, nous retrouvons Dante et sa copine qui revienne à Santa et qui sera entraîné malgré lui dans une mission des plus dangereuse: infiltrer un groupe de vampires sans se faire prendre pour retrouver le Bourbon Kid. 

    L'histoire de Dante va être celle, qui a mon sens, prend le plus de place dans le roman, mais on suivra également le Bourbon, un groupe de policiers véreux, une mystérieuse momie du musée municipal de la vie qui reprend vie, sans oublier Sanchez le barman. J'ai beaucoup aimé ces différentes intrigues, aucune ne m'a ennuyé et à aucun moment je ne me suis perdue dans telle ou telle intrigue. Le livre se lit très vite, beaucoup plus que le précédent, il n'y a pas de temps mort et la fin nous laisse présager une suite qui promet une suite encore mieux!

    Je me souviens d'une chose qui m'a surprise dans le Livre sans nom: le nombre conséquent de personnages! Il y en avait beaucoup, mais la plupart d'entre eux sont morts à la fin, du coup je me demandais avec quels personnages l'auteur continuerai son histoire. Certes, il y a moins de personnages dans ce deuxième tome, mais j'ai préféré cela. Cela nous permet de nous attarder plus longuement sur chacun d'eux, l'auteur développe davantage leurs caractéristiques et leurs pensées et cela nous permet également de nous y attacher (enfin pas pour tous hein). Personnellement, j'ai adoré le Bourbon Kid, je trouve que c'est le personnage le plus développé du roman, en nous faisant voir sa psychologie, l'auteur nous permet au personnage d'être attachant malgré le fait qu'il soit tueur en série. J'ai également bien aimé Dante, qui ne m'avait pas plu plus que ça, au point où j'ai eu à plusieurs moments peur pour lui (surtout que je sais que l'auteur n'hésite pas à tuer ses personnages, les secondaires autant que les principaux). 

    Encore une fois, j'ai été bluffé par le style de l'auteur, il est génial! Il est toujours autant adapté au livre et à son histoire: un humour déjanté, des scènes d'actions prenantes, des meurtres sanglant détaillés juste assez pour nous faire frissonner, un peu de suspens. Mais cela, toujours sans prise de tête et avec légèreté. On passe donc un bon moment de lecture, la ville de Santa Mondega nous paraît réelle et nous donnerait presque envie d'y faire un tour (presque hein!). Finalement, le côté surnaturel du bouquin qui m'avait dérangé dans le premier tome, avec la présence des vampires et des loups-garous, m'a pour le coup bien plu. J'ai trouvé que le surnaturel servait à l'histoire et était mieux amené que dans le Livre sans nom. Et peut-être que le fait que je sois préparée à avoir cela, m'a aidé ;) 

    Depuis la fin de ma lecture, je n'ai qu'une envie: filer à la bibliothèque pour emprunter la suite et me replonger dans cette ville paumée! 

     

    L’œil de la Lune

     

     

       << Quand on avait la chance de tuer quelqu'un, il fallait toujours la saisir. Sans quoi, ce quelqu'un pouvait toujours revenir vous sucer le sang. Tuer d'abord, se poser des questions ensuite.  >>

     

      << Ce fut particulièrement douloureux. Rien à voir avec la banale torture du dentiste. A moins que votre dentiste ne vous refuse toute anesthésie, ne foute le feu à vos cheveux et à votre cul, et ne vous balance quelques coups de pieds dans l'entrejambe avant de vous arracher les dents.  >>


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires